KYSTE DU TRACTUS THYRÉOGLOSSE À EXPRESSION ENDOLARYNGÉE

Le kyste du canal thyréoglosse est une pathologie fréquente, il se présentegénéralement comme une masse cervicale médiane indolore chez l’enfant ou le jeune adulte, il peut aussi se manifester à un âge plus tardif lorsque le kyste devient symptomatique. Il se situe le plus souvent en dessous de l’os hyoïde, en relation étroite avec la membrane thyro-hyoïdienne. Rarement, il peut s’étendre en endo-laryngé et ainsi occuper l’espace hyoïdien postérieur.
Matériel et Méthode : On rapporte le cas d’un patient âgé de 48 ans qui présente un kyste thyréoglosse à expression cervicale et laryngée.
Résultats : L’exploration radiologique a pu orienter le diagnostic, l’exérèse par voie cervicale suivant la procédure de Sistrunk a pu garantir l’exérèse totale de la masse avec le corps de l’os hyoïde,l’examen anatomopathologique aconfirmé le diagnostic de kyste du tractus thyréoglosse.
Conclusion : Bien que le kyste du tractus thyréoglosseprésenteune proximité anatomique avec le larynx, l’extension endo-laryngée reste rare, l’examen clinico-radiologique va permettre de retenir ce diagnostic, l’exérèse chirurgicale esttoujours indiquée devant le risque de surinfection et de dégénérescence maligne du kyste, le procédure de Sistrunk représente l’approche chirurgicale de choix.
Mots clés : Kyste du tractus thyreoglosse, dysphonie, Sistrunk.

INTRODUCTION 

Le kyste du tractus thyréoglosse (KTT) représentela malformation cervicale congénitale la plus fréquente(1), elle est secondaire à un défaut d’involution du tractus après migration de la thyroïde du foramen caecum jusqu’à la face antérieure de la trachée, l’involution du tractus débuteà la 5e semaine du développement intra-embryonnaire pour disparaître complètement au4e mois de gestation ne laissant qu’une dépression muqueuse au niveau du foramen cæcum et une formation thyroïdienne (pyramide de Lalouette) au bord supérieur de l’isthme (10 à 25% des cas). L’activité sécrétoire de l’épithélium tapissant le tractus peut se manifester à l’occasion d’épisodes d’infection ou d’inflammation et favorise l’apparition d’un kyste.
Le diagnostic peut être fait à tout âge avec des formes néonatales et des formes diagnostiquées au-delà de 80 ans. Toutefois, la majorité des cas sont diagnostiqués dans la première décennie de la vie(2). Bien que les kystes thyréoglosses soient anatomiquement étroitement liés au larynx, l’extension intra-laryngée est rare. Nous présentons le cas rare d’un kyste du tractus thyréoglosse à expression cervicale et endo-laryngée, une revue
de la littérature et discussion des défis posés par les kystes thyréoglosses intra-laryngés.
MATÉRIELS ET MÉTHODES
Patient âgé 48 ans sansantécédents particuliersprésente depuis l’enfance une tuméfaction cervicale médiane qui augmente progressivement de volume, associée à une dysphonie chronique évoluant depuis 03 mois et une dyspnée d’effort sans dysphagie (figure 1).

L’examen cervical objective une masse cervicale médiane en regard du cartilage thyroïde, sous-hyoïdienne de 04 cm de diamètre, indolore, mobile à la déglutition et à la protrusion de la langue. L’exploration par la nasofibroscopie retrouve un bombement de la zone des 03 replis à gauche, la muqueuse
en regard est saine, l’épiglotte est déviée à droite, la lumière laryngée de l’étage sus-glottique est considérablement réduite (figure 2).

Devant cette présentation clinique, quelques diagnostics ont été évoqués tel que le kyste sacculaire, la laryngocèle mais aussi une thyroïde ectopique et enfin un kyste thyréoglosse à expression endolaryngée. Ce dernier a été retenu après réalisation d’un scanner laryngé avec injection de produit de constate qui objective une formationkystique, discrètement hypodense, à parois fines de 47/37/30 mm de grands axes, étendue en sablier entre l’os hyoïde et le cartilage thyroïde, depuis les parties molles pré-laryngées jusqu’à la région valleculaire gauche (figure 3).

Nous avons décidé d’aborder la masse par voie cervicale externe suivant la procédure de Sistrunk qui comprend une dissection à ras de la masse d’autant plus que celle-ci est bien encapsulée ainsiqu’une exérèse du corps de l’os hyoïde en monobloc. La muqueuse laryngée a été respectée, la trachéotomie
n’a pas été nécessaire. Les suites opératoires sont favorables. Le patient rapporte une amélioration de la symptomatologie dès le premier jour post opératoire.
L’étude anatomopathologique confirme le diagnostic de kyste du tractus thyréoglosse.

DISCUSSION
Le kyste du tractus thyréoglosse (KTT) est une pathologie fréquente, il concerne 7% de la population mondiale et représente 70% des malformation cervicale congénitale(3).
Le diagnostic de KTT est réalisé dans 60% des cas avant l’âge de 20 ans(9), peut également se faire plustardivement lorsque le kyste devientsymptomatique au décours d’une rétention de mucus, d’épisodes inflammatoires ou de surinfections. Pour le patient présenté le diagnostic est
porté à l’âge de 46 ans devant la gêne fonctionnelle occasionnée.
La persistance du tractus thyréoglosse peut générer un kyste à n’importe quelle localisation de son trajet, en fonction de celui-ci le kyste pourra être supra-hyoïdien (20%), ad-hyoïdien (15%) ou infra-hyoïdien (65%), et bien qu’il présente une proximité anatomique avec le larynx, son extension endo-laryngée est rare(6). Actuellement 24 cas de cas de KTT à extension endo-laryngée ont été décrits dans la littérature anglosaxonne.
Cliniquement, ces kystes à expression endo-laryngées se manifestent par une tuméfaction cervicale médiane(76%), dysphonie (49%), dysphagie (29%) et dyspnée (29%). Ces signes fonctionnels sont d’installation progressive(6). Le cas que nous présentons décrit la notion de dysphonie et de dyspnée progressives accompagnant une tuméfaction cervicale médiane.
Les principaux diagnostics différentiels se posent essentiellement avec les kystes laryngés (kystes sacculaires ou laryngocèles externes) et les thyroïdes ectopiques qui sont de localisation cervicale dans 10% des cas et représente le seul tissu thyroïdien chez 75% des patients(7,8). Ces diagnostics ont été écarté grâce à la réalisation d d’un scanner cervical, l’étude histologique de la pièce opératoire ne retrouve pas de parenchyme thyroïdien.
Le scanner cervical avec injection de produit de contraste est un examen incontournable, il objectivera le plus souvent une masse hypodense à paroi fine, qui se rehausse faiblement après injection. Cette masse présente une proximité particulière avec l’os hyoïde.
Le traitement de choix est la résection par voie externe cervicale suivant la procédure de Sistrunk, la résection du corps de l’os hyoïde et du kyste en
monobloc est fondamentale, le tractus devra être disséqué jusqu’au foramen caecum.
Le risque d’effraction des voies aériennes est majoré dans ce type de présentation clinique. Compte tenu du risque de dégénérescence maligne du kyste du tractus thyréoglosse, une analyse anatomopathologique de la pièce opératoire devra systématiquement être réalisée. Dans 1% des cas la présence de cellules malignes est rapportée dans la littérature.  

CONCLUSION
Le kyste du tractus thyréoglosse à extension endo-laryngée est rare, le diagnostic est posé devant un
faisceau d’arguments cliniques et radiologiques etest confirmé par l’examen anatomopathologique. La
procédure de Sistrunk représente le traitement de choix.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1. Fistules et kystes congénitaux du cou N. Teissier, E. Bois Service d’oto-rhino-laryngologie pédiatrique,
2. Conesssa C, Brifford J, Sissokho B, et al. Le kyste du tractus thyréoglosse, chirurgie et histologie. RevLaryngolOtolRhinol1998;119:13–8.
3. Valentino M, Quiligotti C, Villa A, Dellafiore C. Thyroglossalductcysts:two cases. J Ultrasound2012; 15(3):183-185
5. Kacker A, Komisar A. Imaging quiz case 1. Thyroglossalduct cyst withintralaryngeal extension. Arch Otolaryngol Head Neck Surg1996 ; 122 : 1266-8
6. Bosco S, Cohn JE, Evarts M, Papajohn P, Lesser R. Thyroglossal DuctCyst Occupying Posterior Hyoid Space with Endolaryngeal Extension PresentingAfter Neck Trauma. Ann OtolRhinolLaryngol. 2020 Jun ; 129(6) : 628-632. doi: 10.1177/0003489419901140. Epub 2020 Jan 22. PMID :
31965811
7. Wetmore RF, Potsic WP. Differentialdiagnosis of neck masses. In : Cummings CW, Fredricson JM, Harker LA, Krause CJ, Richardson MA, Schuller
DE, Editors. Otolaryngology Head & Neck Surgery. St. Louis Mosby- Year Book, 1998 : 248-61
8. Radkowski D, Arnold J, Healy GB, et al. Thyroglossalductremnants. Preoperativeevaluation and management. Arch Otolaryngol Head Neck Surg.
1991 ; 117 : 1378-81.
9. Auja AT, Wong KT, King AD, Yuen EH. Imaging for thyroglossalductcyst: the bareessentials. Clin Radiol2005 ; 60 : 141–8.



RUBRIQUE: Revue ANOL N° 17
IMMUNOTHÉRAPIE SPÉCIFIQUE (ITS) DANS LES ALLERGIES RESPIRATOIRES

Leila LAOUAR1 , Ahlam ALGHAZALI1 , Abdelhamid ABAD2 1 Faculty of Medicine, Benyoucef Benkhedda University, Algiers 2 Libéral

HÉTÉROTOPIE GLIALE NASALE : MASSE NASALE RARE CHEZ UN NOURRISSON.

S. BENMEZIANE** S. MEDKOUR** L. OUKAOUR* N. GUENOUA** M. HASBELLAOUI** **Service ORL-CCF CHU Bab El Oued, faculté de Médecine Alger *Service d’imagerie CHU Bab El Oued, faculté de Médecine Alger

IMAGERIE DU CAVUM

Radia BENYAHIA, Ouardia ALLICHE, Fadwa HOCINE, Salah Eddine BENDIB Service d’Imagerie médicale et Radiologie, Centre Pierre et Marie Curie - Alger

DÉNUTRITION ET CANCER DU NASOPHARYNX

S. BRAIKIA, E. KERBOUA Service Oncologie Médicale, CPMC Alger

PAPILLOMATOSE RESPIRATOIRE RÉCIDIVANTE

Lounas BENGHANEM, Malik KHIREDDINE, Mounir BISKER Service de Gynécologie Obstétrique, CHU Mustapha - Alger

RÔLE DE HPV DANS LE CARCINOME ÉPIDERMOIDE DE L’OROPHARYNX

Wassila TOUISI, Fella TERKMANI, Z. CHARAF AMIR Service d’Anatomie et Cytologie Pathologique, CHU Mustapha - Alger

LA POLYSOMNOGRAPHIE ET LA POLYGRAPHIE VENTILATOIRE DANS LE SYNDROME D’APNÉE DU SOMMEIL : Matériels et techniques

1 Leila LAOUAR, 1 Nadia LANASRI, 2 Si Said ALILI 1 Faculté de Médecine Alger 1- Université Benyoucef Benkedda. Alger 2 Libéral

APPORT DE L’IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DES TUMEURS PAROTIDIENNES

Lilya OUKAOUR1 , Samira MEDKOUR2, Radhia AIT CHALAL1 , Narimene DJAFER1 , Mokhtar HASBELLAOUI2, Amine HABOUCHI1 1 Radiologues, service d’imagerie médicale et de radiologie interventionnelle, Centre Hospitalo-Universitaire Mohamed Lamine Debaghine, 03 Boulevard Said Touati, 16000, Bab El Oued, Algérie. 2 Oto-rhino-laryngologistes, service d’ORL, CHU Bab El Oued. *Auteur de correspondance : oukaour.lylia@hotmail.fr

KYSTE DU TRACTUS THYRÉOGLOSSE À EXPRESSION ENDOLARYNGÉE

N. TERKMANE*, S. MEDKOUR*, L. OUKAOUR**, S. BENMEZIANE*, O. GUENOUA*, M. HASBELLAOUI* *Service d’ORL-CCF CHU BEO Faculté de Médecine d’Alger Université Alger 1 **Service d’imagerie médicale, CHU BEO

CHIRURGIE DE L’OREILLE MOYENNE ASSISTEE PAR ENDOSCOPIE

S. MEDKOUR**, L. OUKAOUR* , N. TERKMANE**, S. BENMEZIANE** O. GUENOUA**, M. HASBELLAOUI** **Service ORL, CHU de Bab El-Oued, Université de Médecine d’Alger * Service de Radiologie, CHU de Bab El Oued

INTÉRÊT DE LA VOIE TRANSLABYRTHIQUE DANS LA CHIRURGIE DES SCHWANNOMES VESTIBULAIRES AVEC SURDITÉ

Brahim MERROUCHE, A. RECHAK, L. MAHFOUF Service de Neurochirurgie, EHS Salim Zemirli - El Harrach

ABBAS IBN FIRNAS

M. TCHIKOU Vice président et coordinateur de la publication de la revue ANOL