COVID-19 ET SURDITÉ. VOUS EN AVEZ ENTENDU PARLER ?

 

 

Le virus du SARS-CoV-2a vu le jour à Wuhan en décembre 2019. Depuis ce jours ce virus et la maladie qu’il engendre (COVID-19) a connu une évolution fulgurante à travers le monde. L’OMS déclare la situation de pandémie mondiale le 11 mars 2020.

 

Les formes cliniques de l’infection vont des formes asymptomatiques aux formes graves justifiant une prise en charge en réanimation. L’incubation dans la majorité des cas est de quatre à cinq jours, presque toujours comprise entre deux et onze jours, avec une durée maximale estimée à quatorze jours (1).Le large éventail de la symptomatologie de la Covid-19 tien principalement de sa physiopathologie. En effet l’infection par le SARS-CoV-2, peut conduire à une réaction immunitaire inadaptée et à une coagulopathie responsables d’une atteinte multi viscérale.

 

Les constatations initiales de cette maladie, ont porté surtout sur des signes respiratoires, la toux, la fièvre et la fatigue.  Progressivement, et du fait de la physiopathologie de l’atteinte (caractèremulti viscérale), de nombreuses autres manifestations autres que respiratoires sont venues se greffer au tableau clinique classique (digestives, neurologique, cardiaques…). L’ORL n’est pas en reste et de nombreux signes ont été associée à l’atteinte virale, nous citerons les maux de gorge, la rhinorrhée, les céphalées ou la congestion nasale, toutefois, la plainte ORL majeure du COVID-19 semble être l’anosmie et la société française d’ORL a émis un bulletin d’alerte le 20 mars 2020 en notant « la survenue d’anosmies brutales, souvent associées à une agueusie mais sans obstruction nasale, chez des patients suspects ou confirmés COVID-19 ».

 

Depuis peu, une autre plainte ORL revient avec insistance au fil des différents cas rapportés de par le monde, il s’agit de la perte auditive.

 

Plusieurs constatations on été faite sur ce sujet allant des simples cas isolés rapportés de façon anecdotiques, à des études regroupant des échantillons plus importants. C’est ce que nous allons essayer de résumer dans cet article.

 

Nous savons déjà que la relation entre atteinte virale et troubles de l’audition est bien établie (2). C’est le cas notamment du cytomégalovirus (CMV) et du virus de la rubéole qui peuvent engendrer des surdités de perception. De plus la Covid-19 de par son tropisme neurologique a été associé à de nombreux cas de syndromes de Guillain Barré, ces derniers sont bien connus d’être pourvoyeurs de neuropathies auditives (3).

 

A ce jouron ne sait pas si le SARS-CoV-2 peut envahir les voies neuronales impliquées dans l'équilibre et l'audition, mais les premières observations impliquent cette possibilité.

 

Plusieurs interrogations s’imposent dés lors. Tout d’abord savoir si cette perte auditive survient comme un symptôme, ou alors comme une complication à moyen ou long terme de l’atteinte virale. Ensuite déterminer le mode d’installation de ce trouble : Surdité brusque ou surdité progressive.

 

De prime à bord et se basant sur les différents cas rapportés, il semblerait que la surdité brusque est un symptome très rarement évoqué en début de la maladie.

 

Une étude égyptienne datant de juin 2020a été menée chez20 patients testés positifs à la Covid 19 et asymptomatiques, âgés de 20 à 50 ans (de façon à exclure les personnes ayant des troubles auditifs).

L’évolution des résultats aux tests d’audiométrie et de réactions aux stimulations sonores chez les patients Covid 19 + a montré une détérioration de la capacité auditive et de la fonction auditive.

En pratique, les seuils auditifs à haute fréquence mais aussi les otoémissions acoustiques de ce groupe ont été moins bons sur la période de test que dans le groupe sain. Le virus Covid 19 est donc suspecté d’avoir un impact négatif sur le fonctionnement de l’oreille soit au niveau des cellules ciliées, soit au niveau du nerf auditif(4)

 

Une équipe iranienne a récemment été en mesure d'effectuer un test PCR pour confirmer le COVID-19 chez un certain nombre de patients présentant une perte auditive aiguë et/ou des vertiges. Étant donné que ces jeunes patients (tranche d'âge 22-40 ans) n'avaient aucun antécédent médical pertinent et n'avaient reçu aucun médicament ototoxique avant leur présentation, il est fort probable que ces symptômes otologiques soient directement liés à la COVID-19 (5).

 

Une revue systématique de février 2021 (6)qui a regroupé les données sur les complications auditives chez des patients atteints de COVID 19 a retrouvé que :

 

- 7.6% des patients présentent une surdité neurosensorielle.

 

- 14.8% présentent des acouphènes.

 

- 7.2 présentent des vertiges de type périphériques.

 

Enfin des cas de co-infection à d’autres agents infectieux ont été décrits. Pour exemple nous citerons uncas clinique rapporté le 19 février 2021 par Caroline Guigou et ses collègues dijonnais dans les Annales françaises d’oto-rhino-laryngologie et de pathologie cervico-faciale(7). Cette publication rapporte le cas d’un adulte de 29 se présentant aux urgences d’ORL pour une surdité brusque bilatérale sans autre signes cliniques, son épouse par contre a présenté une anosmie et une agueusie ayant motivé les médecins à pratiquer un test RT-PCR confirmant la présence du SARS-CoV-2. Le reste de l’exploration retrouve une sérologie positive à la syphilis et à l’imagerie (IRM), une forte prise de contraste au niveau de la cochlée. Le diagnostic de neurosyphillis a été retenu. Cependant, l’atteinte du labyrinthe antérieur n’a jamais été décrite dans la syphilis, ce qui fait dire aux auteurs que le cas clinique présenté « pourrait être une neurosyphilis associée à une infection SARS-CoV-2 » et que l’infection syphilitique a pu favoriser l’infection virale, comme cela se voit dans les co-infections VIH-syphilis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Troubles cochléo-vestibulaire et thérapeutique anti COVID :

Il est admis que certains médicaments utilisés pour traiter le coronavirus comportent un risque relativement élevé de perte auditive, de bourdonnements d’oreilles ou de vertiges comme effet secondaire. Ces médicaments comprennent la quinine, la chloroquine et l'hydroxychloroquine.

 

Ces effets secondaires symptômes peuvent être diagnostiqués à tort comme étant causés par COVID-19.

 

 

Vaccination anti COVID et surdité :

 

Après avoir passé au peigne fin le rapport sur les effets secondaires des vaccins anti-COVID du CDC, aucun lien n'a été trouvé entre la perte auditive soudaine et la vaccination, selon des chercheurs du département d'oto-rhino-laryngologie-chirurgie de la tête et du cou de la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins.

 

Le taux de surdité brusque semble en fait être plus faible chez les personnes vaccinées, bien que les chercheurs disent que les cas pourraient être sous-déclarés et que leurs données sont une analyse préliminaire (9).

 

Conclusion :

A ce jour, il n’’existe aucune preuve formelle et scientifiquement démontré du lien de causalité entre l’infection par leSARS-CoV-2 et troubles cochléo-vestivulaire. Cependant, les récents cas de surdité chez des patients confirmés de COVID-19, les corrélations épidémiologiques anecdotiques et les mécanismes biopathologiques nécessitent des études urgentes pour examiner l'association de nouveaux symptômes otologiques d'apparition avec COV-ID-19.

La connaissance d'une telle présentation non spécifique de la COVID-19 est crucial en cette période de pandémie pour la prévention de la propagation infectieuse par l'isolement etl'initiation d'un traitement ciblé et précoce.

 

Références :

 

  1. .Lauer S.A., Grantz K.H., Bi Q. The Incubation Period of Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) From Publicly Reported Confirmed Cases: Estimation and Application. Ann Intern Med. 2020;172(9):577–582.
  2. Young,  H.2020. “Contemporary Review of the Causes and Differential Diagnosis of Sudden Sensorineural Hearing Loss.” International Journal of Audiology 59 (4): 243–253
  3. Wong, 1997. “A Neurophysiological Study in Children with Miller Fisher Syndrome and Guillain-Barre Syndrome.” Brain and Development 19 (3): 197–204. doi:10.1016/S0387-7604(96)00554-2.
  4. Mustafa   Audiological  profile  of  asymptomatic  Covid-19  PCR-positive  cases.  Am  JOtolaryngol  2020;41:102483.  https://doi.org/10.1016/j.amjoto.2020.102483.
  5. Karimi-GalougahiM, Naeini   AS,   Raad   N,   et      Vertigo   and    hearing    loss    during    the    COVID-19    pandemic  -  is  there  an  association?ActaOtorhinolaryngolItal   2020;40:463-465 https://doi. org/10.14639/0392-100X-N0820
  6. Ibrahim Almufarrij& Kevin J. Munro (2021) One year on: an updatedsystematicreview of SARS-CoV-2, COVID-19 and audio-vestibularsymptoms, International Journal of Audiology, DOI: 1080/14992027.2021.1896793
  7. Guigou C, Schein A, Blanchard C, Folia M. Surdité brusque et SARS-CoV-2: n’oublions pas le bilan standard! Ann OtolaryngolChirCervicofac. Available online 19 February 2021
  8. Formeister EJ, Chien W, Agrawal Y, Carey JP, Stewart CM, Sun DQ. Preliminary Analysis of Association Between COVID-19 Vaccination and Sudden Hearing Loss Using US Centers for Disease Control and Prevention Vaccine Adverse Events Reporting System Data. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg.2021;147(7):674–676. doi:10.1001/jamaoto.2021.0869

 

 



RUBRIQUE: La Voix de l’ANOL
LA PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA RHINITE ALLERGIQUE (hors rhinites professionnelles)

*Leila LAOUAR – **Abdelhamid ABAD *Pneumo-phtisiology Department, Mustapha University Hospital Center. Faculty of Medicine, Benyoucef Benkhedda University, Algiers - **ORL libéral

LES MANIFESTATIONS OTORHINO LARYNGOLOGIQUES AU COURS DE LA COVID-19

Z. MALLEK, B. MEKKI, Kh. OUENNOUGHI Service ORL, CHU Blida

COVID-19 ET SURDITÉ. VOUS EN AVEZ ENTENDU PARLER ?

O. MEGHERBI Service ORL, CHU Sidi Belabbes

LES RHINORRHÉES POST TRAUMATIQUES

B. MERROUCHE, I. MOULLA, L. MANSARI, L. MAHFOUF Service de Neurochirurgie, EHS Salim Zemirli El Harrach, Alger

LYMPHANGIOME KYSTIQUE CERVICAL CHEZ UN ADULTE JEUNE : À PROPOS D’UN CAS

S. BENYAHIA, M. ABUNAJA, H. IDJAHNINE, R. MAKACI, A. ABBES, Z. AFIRI Service d’Otorhinolaryngologie et Chirurgie Cervico Faciale, CHU Mustapha, Faculté de médecine d’Alger

TUMEURS DES GLANDES SALIVAIRES PRINCIPALES CHEZ LE SUJET ÂGÉ PRIS EN CHARGE AU CHU TLEMCEN

TUMORS OF THE MAIN SALIVARY GLANDS IN THE ELDERLY SUBJECT IN CHU TLEMCEN M. SAHRAOUI1,2, S. BENBEKHTI 1,3, N. SIHAM MEHTARI1,2, I. BRAHAMI1,2 1 Faculté de Médecine, Université Abou bekr Belkaid de Tlemcen, Algérie. 2 Service d’Oto-Rhino-Laryngologie, Centre Hospitalo-universitaire de Tlemcen, Algérie. 3 Service d’Epidémiologie et de Médecine Préventive, Centre Hospitalo-universitaire de Tlemcen, Algérie.

LE CANCER DU NASOPHARYNX, RHINOPHARYNX

M. GAMAZ, R. CHORFI, K. BOUZID Service d’oncologie médicale, CPMC, Alger. Faculté de Médecine d’Alger

EXERCICE DE LA MÉDECINE ET ORGANISATION DES HÔPITAUX PENDANT L’ÂGE D’OR DE LA MÉDECINE ARABO-ISLAMIQUE

M. TCHIKOU Vice président et coordinateur de la publication de la revue ANOL